AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rozenn Amandrill

Aller en bas 
AuteurMessage
Rozenn

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 09/10/2008

MessageSujet: Rozenn Amandrill   Jeu 9 Oct - 18:28

Présentation de votre Personnage:

Like a Star @ heaven Nom: Amandrill
Like a Star @ heaven Prénom: Rozenn
Like a Star @ heaven Surnom (facultatif): Aucun
Like a Star @ heaven Age (L'immortalité est interdite): 24 Ans
Like a Star @ heaven Clan: Peuple de la nuit aux longs poils
Like a Star @ heaven Pouvoir / Arme: La facultée de Rozen est qu'entre chacune de ces phalanges, une lame de mithril y gît, du a son "accident" a la forge. Elle a le don de les faires s'allonger de sorte qu'elle passe a travers sa peau, dans des crans en métal spéciaux. la douleur ne se fait pas ressentir. Ces griffes sont volontairement creuses, de façon a ce qu'elle en atrappe le bout pour s'en servir comme de poings américains, ou de les laisser naturellement, avec leur tranchant létal.

Like a Star @ heaven Caractère (4 lignes minimum): Rozen est une jeune fille relativement calme et sage, mais qui sait tout aussi bien faire la fête qu’étudier soigneusement l’alchimie, un domaine dans lequel elle excelle. Elle est très compative quand un(e) ami(e) a un passage de tristesse, et les soutiendras toujours, surtout si c’est un moment heureux, elle trouvera la moindre excuse pour faire la fête. Elle a tendance a s’emporter longuement dans ce qu’elle fait, allant jusqu’au bout de sa pensée ou de ces paroles, elle ne reviendras J-AM-A-I-S sur quelque chose qu’elle a dit, sa ne comptez pas sur elle. Elle sait se montrer sérieuse, mais sait aussi que le repos de l’esprit est autant important que celui de son corp, et ne se lasse pas de trouver quelqu’un avec qui faire joujou d’ailleurs, amicalement hein, les sentiments c’est pas fait pour elle.

Like a Star @ heaven Physique (4 lignes minimum): Rozen est une jeune fille très mignonne, elle a une belle peau, asser claire, ainsi que de grands yeux qui sont pour l’un bleu et l’autre vert, reflétant sa complexe personnalité. Sa tenue est composée de noir, exclusivement, elle arbore a ces coudes des sortes de brassards noir brodés, rajoutant sa petite touche de glamour. Elle porte des chaussures en cuir de nounours noir, très polie, ce qui donne un effet de reflet, de plus des fils s’entrelacent autour de sa jambe en partant de son pied jusqu’au genou. Elle arbore une paire de gants partant du poignet, recouvrant la paume et le début des doigts, mais il est relié seulement a un passage entre l’index et le majeur, qui lui donne sa touche de « spéciale ». Son habit est une robe noire en laine entremêlé de coton, lui-même mêlée a du lin souple, qui tombe en plusieurs morceaux pour donner un côté « magnifique » a sa belle robe cascade. On peut parfois voir dépasser des morceaux de braies blanches, mais vous n’en saurez rien de plus Razz. Sa touche de « génial extra et qui la rend si populaire » c’est sa longue chevelure qui lui descend jusqu’au genou, intégralement rose ! Elle a de longues et fines mèches, ainsi qu’une qui est courbée devant son visage, qu’elle a l’habite de dégager avant de lire.

Like a Star @ heaven Histoire (8 lignes minimum): Aprèèèèès


Hors-Jeu:

Like a Star @ heaven Prénom: océane
Like a Star @ heaven Age un truc entre 7 et 77 ans x)
Like a Star @ heaven Depuis combien de temps faîtes-vous du Rp ?: Oh, et
Like a Star @ heaven Serez-vous actif ?: pis zut,
Like a Star @ heaven Comment avez-vous connu le forum ?: j'l'ai d'ja faite cette partie (lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rozenn

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 09/10/2008

MessageSujet: Re: Rozenn Amandrill   Jeu 9 Oct - 18:28

Histoire :

<< Rozen, un nom marqué du rose flamboyant de l'océan, du pourpre d'une rose glamour, et frappée de la délicatesse d'un coeur. Ce n'est pas tant par hasard que ce nom a été confié a cette petite fille, née dans cette si belle couleur qu'est le rose, elle l'est toujours restée au fond d'elle, cette innocente gamine jouant avec des roses sans piquants. Un bébé né dans de telles conditions dispose de pré-disposition pour certaines particularités, comme un bleu aussi profond qu'un océan, pourtant aussi limpide q'une goutte d'eau. Ce rose était semblable en tout point au soleil dans le cas de cette jeune fille, belle et gracieuse, sympathique et gentille, belle et pourtant si naïve, curieuse, mais pourtant si lointaine. Elle est très dur a comprendre, laissez moi vous raconter son histoire, une histoire des plus singulière, ressemblant a un poème que l'ont lirait de la fin au début, du meilleur jusqu'au pire. >>

Cette jeune femme est née dans un bain de rose, littéralement, alors que sa mère accouchait, quelque chose fila dans le ciel, une lumière scintillante, étrange, lointaine.. On fit le prélude que cette étoile était un signe du destin, car non longtemps après, les feuilles rosies par l'automne se détachait des arbres, les roses laissait s'aller au vent chacun de leur pétales, et une odeur particulièrement subtil se répandait dans l'air, celui de la rose humide, tout juste sortie de la rosée matinale, séchant longuement au soleil, se parfum se retrouvait la, en pleine journée, a ce lieu préçis....



<< Je m'en souviens comme ci c'était hier, c'est le genre de chose que l'on n'oublie pas si facilement, même pour un vieux fou comme moi. ce parfum était tout a la fois subtil et intense, doux et amer, frais, mais pouvant dater de plusieurs siècles. C'est ce genre de choses qui décrit si bien cette petite fille, un entre-mêlement de senteurs et de parfums tout différents les uns des autres, des caractères unique a eux seul, mais qui, une fois assemblé, forme un seul et unique tempérament, le sien. >>

Un hurlement de bébé retentit, la, étendu au milieu de ces centaines de pétales, s'imbibant de leur aura de bienfaisance, la petite nouveau-né, toute fière de voir enfin le jour, avec son sourire d'enfant capable d'adoucir le cœur le plus dur, et de faire craquer la plus magnanime des nounous. Ce sourire imbibé de bleu soigneusement touché par du rose brillait a présent dans la salle, lui conférant un éclat unique, celui d'une naissance.



<< Je me rapelle de son premier mot, de son premier hurlement de terreur aussi, un hurlement qui date de très loin, un cri de bébé qui vous perce les timpans jusqu'à en faire couler vos lobs. ce truc atroce avait passé ces lèvres, nul doute que c'était une fille pour une telle voix aiguë, oh sa oui ! >>

Ce cri, son premier cri, ramenait a ces quatres ans, lorsque une bande de mercenaires avait un contrat sur ce bon vieux grand-père, toujours sur sa chaise, depuis la mort de sa femme, personne ne sait ce que sa boîte contient, nul doute qu'il la lèguera a sa petite fille. Ce fut un macabre jour, ils défoncèrent la porte d'entrée, ligotèrent toute la famille, mais lorsque il franchirent la porte du grenier, il n'y trouvèrent qu'un mannequin ,une flèche plantée dans la tête. L'archer n'avait rien tué, a part les microbes contenu dans la paille, une explosion très puissante s'ensuivit, mettant le feu uniquement aux mercenaires, les calcinant sur place.Le grand-père était simplement derrière la porte, son coffret dans la main, son bâton, encore rouge, dans l'autre. Il jeta un sort sur l'archer, qui s'écroula raide mort sur la place devant la maison, avant de faire disparaitre le mannequin, pour retrouver sa place. Cet incident marqua Rozen, qui même a cinq ans compris qu'il ne fallait pas énerver son grand-père...



<< C e jour-la je me suis bien défendu je l'avoue, mais ce fut ma petite fille qui délivra ces parents, simplement en machouillant sa manche pour en faire tomber un petit couteau de poche, cadeau de moi-même, pour finir par libérer de leur étreinte ces parents. Ce n'est pas l'une des choses les plus marquantes de la vie de ma petite fille, il y en a plein, oh sa oui... >>

<< J ' en ai fait des bêtises dans ma petite vie, mais j'ai aussi de lourdes épreuves, toutes plus dure les unes que les autres, en particulier ce qui fait ma force, c'est a dire mon mental d'acier inoxydable. Il est impossible a rouiller, a ébrécher, a faire tomber, il faut dire que O'pa n'y allait pas de main-morte durant les longs entrainement cérébral qui me fesait subir, je vivais des scènes d'horreur a l'intérieur même de mon crane, et pour en sortir je devais vaincre ces horreurs, c'était atrocement atroce, laissez moi vous en développer un morceau... >>

C e jour-là, je m'étais déplacée un peu plus loin du village, Je savais la zone a peu près sure grace aux gardes forestiers, qui veillait sur d'immenses tours de pierre éparpillées dans la forêt. je me baladait pour tomber sur mon grand-père, ces habituels yeux creusés de sillons me fixant d'un air nargueur, intrigué, provocateur, et sournois. Il était très fort quand il me regardait, je détournais presque toujours les yeux, il savait s'imposer a mon esprit, et ce jour-la, précisément celui-ci, il me demanda si je voulais l'empêcher de faire sa. En toute évidence, ma réponse fut positive, mais je ne savais pas dans quoi je n'embarquais... Il me fit subir atrocité sur atrocité, chaque jour, les uns après les autres, déroulant sans aucun sens...



<< B ah, c'est un vieux crouton grincheux et méchant, mais c'est un vieux crouton grincheux et méchant mais aussi affectueux et cynique, j'arrive et je n'arriverai jamais a m'en défaire. Il est a la fois des ailes et un boulet, une aide et un calvaire, c'est très étrange, on l'est tous dans la famille remarque... Enfin bon, rien n'empêche que ce qu'il m'a fait subir m'a certes rendue plus forte, mais sa m'a ôté a vie le gout amer des remords, sa fait cro beaucoup mal... >>

J ' vais vous le faire comme lui le fesait, c'est pas beau a voir, ni a entendre, ni même a penser... Il pointa son "sceptre" vers moi, un sourire carnassier au lèvres, je ne compris pas tout de suite ce qu'il attendait de moi, ce ne fut qu'a cet instant, l'instant ou l'améthyste étincela que je compris. Un rayon en sorti et me transperça avec une vigueur effrayante la tête, sans laisser la moindre trace, mais m'avais cloué au sol. je me tordais de douleur, les mains sur les tempes, alors que je revivais mon plus horrible cauchemar, des araignées se baladait le long de mon corps, mettant bien a jour leur mandibules acérées, leur dard venimeux, et leur sourire carnassier, pareil a celui d'O'pa.



<<Le cauchemar de toutes les chtites princesses qui se respectent, les insectes, surtout les araignées pour Rozen, qui en a sacrément bavé a l'age de neuf ans, a subir les tortures mentales, approuvées par cette dernière, pendant quelques mois. 'Fin bon, il était gentil, mais c'était un homme très sérieux, fallait pas trop rire de lui mais plutôt avec, sinon lui il rira de votre mort, et c'est moins drôle sa. J'ai réussi pourtant, a la fin sa ne me fesait rien de sentir une tarentule se balader dans une partie extrêmement sensible, c'était très désagréable, sa grattouiller affreusement, mais j'ai passer ce test, avec une pointe de perversité de la part d'O'pa. >>

P feuh ! Sa me fesait plus rien maintenant de sentir des trucs poilus dégoutant, avec un dard qui longe ma peau, des mandibules prettent a tirer tout ce qui dépasse, une bave affreuse qui ... (pale) MOn mental était prêt lui, un peu beaucoup trop tôt, mais mieux vaut tôt que tard !

<< M ' en parler pas ! c'était la plus grosse gaffe de toute ma miséricordieuse vie, aux symbolique onze ans de ma petite-fille, j'ai fait une énorme annerie... Disons que, dans le simple but de planter le décor, nous étions a la forge que je tenais il y a de cela quelques années, et que mon fils avait repris, et il arriva un malheur... >>

A ujourd'hui, c'était une belle journée a la forge, je l'avais emmené la-bas pour lui montrer quelque effets de fusions, pour le simple plaisir quoi. Je mit ma tenue de protection, et lui fit enfiler un simple tablier de cuir, avant de me mettre a l'œuvre. Je découpa un morceau d'une pierre précieuse du nom de saphir dans le feu, suivi de près par une pierre polie constitué de métal de brillant, de l'onyx. Pour finir, j'y versa du mithril, rien n'est trop beau pour ma petite-fille, surtout une arme, en ces temps dur !



<< O n étais peinard, a regarder les métaux fusionner, tout ce passait super bien, j'avais la maitrise sur ce feu, et regardais le métal fusionner, lentement, tout étais si beau, perturber par son cri.. >>

D edans jusqu'au bout, je regardais le métal former une brique de couleur bleu marine, zébrée de noir, lui-même zébrée de partiel argent. Sa donnait un métal plutot joli, mais compact, aussi le pris-je a l'aide d'une pince avant de le poser sur une enclume, et de le frapper de toute mes forçes. "Bing" fesait le marteau, "Bing" continuait t-il, "Bing" , "Bing" , "Bing" "Bcrrrk". sans pouvoir agir, j'entendis un hurlement de ma petite fille qui avait posé ces mains sur l'enclume, des lamelles ultra fines de mithril s'incrustait entre ces doigts, ne provoquant pas de pertes visibles de sang, la peau était légèrement brulée...



<< A troce définissait cet instant, ma petite fille avait quatre lamelles de mithril dans chacune de ces mains, si on les retirait on arrachais la main, que faire ? Et bien ces parents et moi la fesions désormais participer a une autre catégorie de cours, le Corp a Corp aux Poings, le CCP. >>

<< S a allait bien au début pour moi, je maitrisais de plus en plus ces griffes étranges qui sortait et rentrait a l'intérieur de ma peau a volonté, finalement, il me fallut un vrai, test. >>

J e me débrouillais bien sur des mannequins de cuivre, je les achevais les uns après les autres, mais le maître voulu me faire voir une autre façon de se battre, et n'emmena dans la forêt. Il étais tout pour moi, et je n'aurais jamais, mais jamais cru possible ce qu'il fit. Cet homme se retourna soudainement, des gantelets de fer noir aux mains, un sourire carnassier, me demandant de le conduire a son grand-père, avec un ton de menace. Ma rage étais si intense de savoir que l'on m'avait trompé, qu'un duel fatal se déroula entre lui et moi, le maître et l'élève, la fille et l'homme, l'agilité, et la force...



<< S a je m'y attendais pas, encore heureux que ce vieux grincheux a crevé, par ce que il étais super fort, mais mes griffes sont imbrisable, ou presque, alors il pouvait toujours essayer de m'attaquer, je ne lui aurais jamais conduit a grand-père, sa jamais. Depuis qu'il est mort, j'étudie l'alchimie de base avec ma mère, comme ceuillir les bonnes plantes pour soigner, même si j'ai jamais tout compris, j'ai des bases au moins >>

J ' étudiais ce noble art qu'est l'alchimie avec ma mère, une dame très gentille, qui rajoute toujours une pointe de cynisme. Même a quinze ans je savais fabriquer quelques petites potions, une contre le rhume, une autre pour soigner les ékimoses, mais rien de vraiment "énorme". Un jour quand je suis rentré dans le labo, il étais complètement saccagé, en long en large et en travers, et au milieu je trouva un squelette calciné, sauf la tête, intact, a savoir, celle de ma mère...



<< M mon grand-père n'as pas laissé passer sa bien évidemment, il avait toujours fait jurer a mon père qu'il partirais avant eux, pourtant il approche du siècle d'existence tout de même, ce n'est pas vraiment rien ! Je fis mon sac, en gentille petite fille, des provisions, de l'eau, de la nourriture, des potions de ma mère, mes lames en main. Mais mon grand-père, lorsqu'on parti, détacha mon grand sac de mon dos, lui qui n'avait que sa boite et son sceptre, il ricana. Ma chère petite fille, dit-il. On ne pars pas pour un mois, on pars pour trois jours. je ne compris pas tout de suite, mais après ce fut rapidement chose faite.... >>


Dernière édition par Rozenn le Jeu 9 Oct - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rozenn

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 09/10/2008

MessageSujet: Re: Rozenn Amandrill   Jeu 9 Oct - 18:33

<< D ans ma tête tournait mille et une questions, mon grand-père et moi tournions autour du village, comme des rapaces au-dessus d'une charogne. Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il attendait, c'est comme si ce qu'il cherchait refusait de sortir, comme si la personne qui avait tué maman était du village, comme si... >>

M on grand-père était de plus en plus étrange, des lueurs d'inquiétude trahissait son regard dur et agé, étant un ange de la quiétude, il y conaissait bien.A savoir un sentiment affreux, la peur. La seule chose que je ne l'ai jamais vu avoir, il semblait en être touché, pour paraitre aussi anxieux. un seul jour, il se passa enfin quelque chose, pendant que nous tournions sur les quelques routes d'accès du village, une ombre apparu au loin, quelque chose de large et d'imposant, comme une caravane, un convoi de marchandise se dirigeant vers notre ville, c'était sa qu'il attendais depuis si longtemps ? J'ai eu un énorme doute, et je n'en ai pas cru mes yeux...



<< C ' était tout bonnement étrange, O'pa se tenait en plein milieu du chemin, son coffret sous le bras, ses mains appuyées sur l'améthyste trônant fièrement sur son sceptre, il plissait les yeux, confiant. Il n'avait pas fait cette tête depuis longtemps, le jour ou il a arrêté les mercenaires, et semblait aussi confiant que ce dit-jour. C'était a faire peur la confiance qu'il avait, face aux hommes plus ou moins armés accompagnant le convoi, il leva symboliquement sa main droite, formant une barrière étrange a l'aide de sa consience, convaincu qu'il en dressait une. Son habituel sourire carnassier aux lèvres... >>

Il prononca très distinctement l'interdiction d'accéder a SON village, avec une belle intonation sur ce même mot. Il éleva a nouveau sa voix rauque pour annoncer qu'il souhaitait voir Glewen pour parler avec ELLE, avec encore une fois cette même intonation étrange. Une femme descendit d'une des charettes, après nombre de chuchotement de la part des mercenaires, qui pour certains pointait leur yeux sur O'pa. J'ignorais tout de cette femme, mais mon grand-père attendait qu'elle viennent a la limite, pour lui parler, de vive voix.

<< J e n'entendais rien de leurs dire, mais O'pa semblait plus que mécontent de cette femme, qui allait surement en payer cher, vu le regard foudroyant que grand-père fesait. Soudainement, grand-père projeta sa main en avant, fesant s'éffondrer la barrière sur la jeune femme, qui s'éffondras soudainement. Furieux et surpris, les mercenaires se mirent a fuir puis continuait de faire fuir les gens du convoi, avant de former une dernière colonne psychique sur le cadavre de la femme, pour finir par cracher desuss , grande marque de déshonneur, prouvant qu'il haïssait plus que tout cette personne. >>

J ' allais lui demander ce pourquoi du comment du quand et du ou, quand il me répondit, sans même que je puisse l'ouvrir. Cette femme, cette femme a assasiné ta mère, afin de pouvoir avoir ton père, ton père qui la charmait lorsqu'elle passait dans le village, je les voyais bien tout les deux.. je savais que o'pa avait raison, il avait un don de persuasion quand il l'ouvrait, qu'il serait capable de faire taire une pie jacassante..

<< C ' était enfin mon jour le plus mature, mais toujours aucune trace d'une relation, les meurtres commis par mon grand-père était si atroce qu'on me pensait complice, personne ne m'adressait plus la parole, cette situation ne pouvait pas durer, mon grand-père et moi avons chercher une solution, longuement... >>

J ' ai découvert que Glewen possedait une auberge aux environs de Naymen.Un endroit reculé, ou elle possédait l'auberge du griffon, je me suis dit que j'allais la reprendre, et y loger Munchee, ainsi qu'O'pa. c'était l'idéal ce genre d'endroit, une épicerie a côté, de simple voyageurs, pas des nobles bureaucrates comme on en croise presque partout. Cette solution en tête, j'allais rendre visite a mon grand-père, afin qu'il me donne son avis...



<< J e n'en ait pas cru mes propres yeux, son fauteuil a bascule, de son fauteuil a bascule, coulait lentement du sang, le sang, une substance qu'il aimait a faire couler, je doutais qu'il s'agissait nien de lui. Ce que je découvrit me marqua définitivement, mon père gisait la, clouer sur le fauteuil, des marques évidentes de tortures sur son corp. Horrifié, je lacha un léger hurlement, ainsi que mes découvertes, qui tombèrent au sol, moi avec... >>

C ' était impossible a croire, mon propre père sanctifié sur le fauteuil de son beau-père, quand je sorti des vapes, o'pa se trouvait a la place de mon père, plus aucune trace de sang visible. Je pensa tout de suite a un cauchemar, avant d'entendre de la bouche de mon grand-père. Il l'a invité a la tuer, pour me mettre sa sur le dos, il l'a fait venir afin qu'elle prenne la place de ma fille, mais cela ne se fera jamais, si on veut empecher ma fille d'être heureuse, alors lui non plus ne le sera plus jamais. Je n'en revînt pas, il avait dit cela comme ci sa avait été quelque chose de naturel, j'étais totalement écoeurée.



<< J e déposa sur la table mes recherches, et m'avança, vainement, lui et moi étions les dernier représentant d'Amandrill, de son sang, de sa force. Je n'avais pas la force de résister a sa persuasion, j'étais abattu, et minée, mais sa vérité sonnait pourtant réelle, mon père fesait semblant de l'aimer ? je ne fut qu'un simple accident ? C'est avec ces remords que je me dirigea vers ma chambre, afin de faire mon sac, et de partir.. >>

O n ne se débarasse pas aussi facilement de O'pa, il a décidé de s'enfuir avec moi, vers cette auberge perché dans la montagne, une fois le meurtre du forgeron appris, les villageois se tourneront vers la noble demeure des Amandrills. J'avais sur moi tout ce que j'avais a emporter, et mon grand-père lui, des rations, son coffret d'ébène noir, et , son sceptre...

<< O n étais arrivé a cette ville, une ville de montagne, ou les gens vivait simplement, sans grande complication. Elle comptait mettre a neuf ce chalet qui appartenait a cette garce de Glewen, c'était une bonne idée, une idée digne des amandrill, et sa me permettait de fuir les émeutes qui scanderait mon nom et le sien, je tient beaucoup a Rozen, c'est l'unique personne qui, depuis la mort de ma fille, s'occupe de moi. Même a 25 ans, cette fille a encore tout ce qu'il faut pour faire déja une bonne compagne, moi sa m'allait. Lorsqu'on est arrivés dans la ville, on pouvait tout de suite sentir une drole d'odeur, une odeur que je connait bien, celle de la bière. >>

Q uand on est arrivés, on s'est rendu compte que s'était une ville très festive, et qu'on aurait pas de mal a y installer une auberge. Ils reflechissèrent longuement avant d'arriver devant l'endroit, un peu en ruines. par la suite, j'appris que glewen avait soudoyé l'aubergiste avant de le tuer, et de s'approprier son auberge, dans laquelle elle logeait le convoi. Pendant que mon grand-père allait a la rencontre des taillleurs de bois et de pierres, j'entamais la rénovation.



<< J e trouvais l'auberge bien positionnée, sur le chemin entre les entrées, elle était bien la, l'intérieur laissait un peu a désirer, il fallait nettoyer les boxs des écuries, refaire le bar, ainsi que les banquettes, et pour finir les matelas de lits laissait a désirer. Elle ne voulait pas faire un truc énorme comme toute les auberges, içi il n'y avait pas de cupide et arrogants noble pour vous retirer le sous de la main, il n'y avait que des personnes vivant plus ou moins bien, dans une convivialité surprenante, ce qui me plaisait déja. >>

L ' auberge était décevante, mais il vallait mieux sa que rien. Je passa la journée a ranger du mieux que je pouvais, et de sauver tout ce qui pouvait l'être. J'entendis un "Toc Toc Toc" oral dehors, la voix d'Opa, mais quand j 'ouvrit, je vis une vingtaine d'hommes, tous armés de marteaux, portant des matériaux, tous motivés, hurlant pour se motiver, O'pa souria, et la rénovation débuta.



<< M on grand-père avait recruté des hommes remotivés a re-avoir une belle auberge, au lieu de faire la fête chez le voisin. Les travaux prirent une semaine, la nouvelle auberge se ferait apeller "Le Crin d'argent", avec une enseigne faite d'onyx. je réserva une pièce dans le grenier a o'pa ou installer un fauteuil a bascule, ou il s'asseya, tranquille. >>


Dernière édition par Rozenn le Jeu 9 Oct - 19:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rozenn

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 09/10/2008

MessageSujet: Re: Rozenn Amandrill   Jeu 9 Oct - 18:36

(Je précise que c'est un double-comtpe de Noéh)

Je connait toutes ces règles, et m'abstiendrais de faire un sujet avec les deux xD

Sinon la présentation ben je me suis pas fait ch*** j'ai copié coller une de la même ROzenn avec le même physique sur un de mes autres fo', je le dirai a l'adminette histoire qui ait pas d'embrouilles, c'est bien la même personne =)

Bon après si y a des soucis de lieu, ben... j'suis pas la ! *s'baff*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukiko Chou
Adorable Peste ♥
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 29/08/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Vampires :3
Amour: Ne veux de personne :P

MessageSujet: Re: Rozenn Amandrill   Jeu 9 Oct - 21:58

Je l'avais déjà lu ta présentation... T'as un style d'écriture super étrange, ca fait un peu psychopathe ! Ca te va très bien ^^

Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inata1
Admin, chef des humains et MJ
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 04/05/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain
Amour: Aucun

MessageSujet: Re: Rozenn Amandrill   Dim 12 Oct - 19:36

Ok presque tout me va...

Désolé du laps de temps, j'ai comme été prit pendant trois jours... c'était pas trop calculé

Donc, je voudrais exactement savoir pourquoi tes griffes peuvent se r'agrandir?
Même si le métal est spéciaux, il faudrait un enchantement dessus. Si ses ton faux grand-père qui est un ange, fait juste le précisé... ses pour être sure. Mais dit toi que les griffes on un maximum d'élargissement..


Quand tu auras répondu à cette question, je te valide, vu qu'il nous manque beaucoup de gens... dans les admins ^^

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://journal-dosura.1fr1.net
Leodys
Admin et Reine des Ombres
avatar

Messages : 544
Date d'inscription : 08/05/2008
Localisation : En chasse

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Lycanthropes
Amour: La liberté

MessageSujet: Re: Rozenn Amandrill   Lun 13 Oct - 13:35

Re Noèh!

Sacré personnage. Wolverine est dans la place XD *sors*

SVP arrêtez de faire des histoires de 3km de long affraid m'enfin simpa quand même.

Par contre j'avoue le truc des griffes me laisse un peu perplexe. ça fait obligatoirement mal quand ça rentre et ça sort. Ce détail m'échappe. J'attend que tu rep aux question d'Ina.

Aussi, ton perso en est où là? Il vit dans l'auberge retapé? Toujours avec le Grand Père?

_________________
Welcome to the Freak Show!!!


~~ Méfie toi du loup qui dort ~~
La différence est une richesse.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rozenn Amandrill   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rozenn Amandrill
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bayonne] [Pastorale] Anne de Breuil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le journal d'Osura, Sombre songe :: Prélude de votre vie :: Exhibition d'un être d'Osura :: Fiches néant-
Sauter vers: